Category Archives: Kuala Lumpur

Tuto: obtenir son VISA Thaï à KL

3

Faire un visa pour la Thaïlande à Kuala Lumpur ? Rien de plus simple !

Pour bien commencer, il faut penser à laver ton seul pantalon le matin même, pour te rendre compte ensuite que le short est interdit au sein de l’ambassade Thaïlandaise. Ainsi tu peux commencer ton périple avec ton pantalon mouillé accroché au sac en espérant qu’il sèche à temps. Il est de bon ton de partir tôt de ta guesthouse, un réveil à 7h00 avec cris d’enfants semble assez adapté pour un départ tambour battant à 10h00. C’est l’heure d’abandonner sans le moindre scrupule femme et enfants dans les rues de Chinatown pour prendre une succession de bus qui ne t’amènent pas du tout à bon port. Ensuite, l’affaire est presque dans le sac, parce que tu as beau demander ta route, aucun mec à Kuala Lumpur n’a la moindre idée de savoir où se trouve l’ambassade. Heureusement, tu es futé et tu as pensé à regarder google maps avant de partir et ta légendaire intuition peut éventuellement te guider jusqu’à un Mac Donald. C’est alors sans aucune peine que tu peux retrouver ta route en pratiquant une sorte de méthode dichotomique (j’insiste sur le « sorte »).
Le plus dur est donc fait, il ne te suffit plus que de te cacher derrière un buisson pour enlever ton short et enfiler ton pantalon mouillé pour te présenter fièrement à l’entrée de la tant convoitée ambassade Thaï.

A ce moment, il faut rester humble et même si tu te trouves exceptionnel, il faut que tu restes calme et concentré devant le guichet, ce n’est pas le moment de faiblir et c’est d’un geste sûr que tu dois présenter tes 4 passeports, le genre de geste qui signifie « je viens chercher mes VISAS, ce n’est qu’une formalité, je suis un homme bien, je n’ai rien à me reprocher » :

— Pour les VISAS il faut que tout le monde soit là et de toute façon ça ferme à 11h30 et il est 11h40 monsieur, au revoir.

Quel personnage sympathique ! Tu t’es tapé une heure et demi de galère, mais à ce moment, tu ne regrettes pas ta visite ! Pour la peine tu vas revenir demain en famille!

De retour à 13h30 chez nous, j’ai l’agréable surprise de ne pas y trouver la meute et je profite donc de ce délicieux instant pour me prélasser dans le canapé de la salle commune. Sop revient plus heureuse que jamais de son périple, elle s’est perdu dans Chinatown, puis à finalement trouvé le parc aux orchidées et celui des oiseaux, Gauton le courageux a lancé une vingtaine de « zai peur » mais tout le monde s’est apparemment régalé.
Demain ça risque de ne pas être la même musique…



 

Good bye, Lapin !

1

Le regard luisant et la trique bien raide, le policier Malais arrête la course folle de mon scooter. J’ai strictement tout à me reprocher, je roule trop vite, je n’ai pas mon passeport ni mon permis sur moi, j’ai un enfant sans casque assis sur les genoux. En France j’aurais été proche de la perpétuité, mais ce qui intéresse le plus l’agent de police, c’est la sangle avec laquelle j’ai attaché Vav.
— A sling for my slackline, you know?
Plein d’enthousiasme, j’entre dans un monologue passionné sur les forces mises en jeu en slackline mais bizarrement, il s’en désintéresse très vite.
— No no… not this, what is This ?
— Oh this? This is « Grand Lapin ».

Grand Lapin était alors lui aussi, bien attaché sur les genoux de Vav. Il la suit strictement partout et surtout depuis le début du grand voyage et nous a sauvés de bien des situations dont celle citée précédemment à Langkawi, mais aujourd’hui à Kuala Lumpur, Grand Lapin n’est plus. Un moment dramatique dans la vie d’une petite Reblochon.
— Papa, mais il est où mon Grand Lapin?
— Tu sais un lapin ça ne vit pas longtemps et le tien avait déjà 6 ans et demi ! Tu devrais être contente qu’il n’ait pas fini en civet plus tôt.
Pas facile à digérer… Je suis allé tout de suite lui en acheter un nouveau, mais j’ai comme l’impression qu’elle fait une sorte de déni de grossesse ou de maman blues.

Le trajet de Pantai-Cenang à KL a été assez rude, levé 5h du mat, taxi à 6h, ferry à 7h30, bus à 10h30 et arrivée à 18h30, suivi par une recherche laborieuse d’une gesthouse libre (jour férié tout est plein). La chambre que nous avons finalement trouvée fait 2m² et nous avons suffoqué toute la nuit, ce matin nous en trouvons une beaucoup plus agréable (Agosto Inn) pour 70RM, ce qui n’est pas excessif pour KL.
Nous allons rester quelques jours dans la capitale, le temps de visiter les lieux incontournables et de prendre nos visas pour la Thaïlande et grâce à la négligence de Vav je vais en économiser un pour Grand Lapin.