Category Archives: Angkor

Angkor un effort

Après trois jours de visites sous un soleil des plus présent, je n’ai pu m’empêcher d’aller questionner mon ami Google pour y apprendre que le grès d’Angkor ne fait finalement pas parti des sept merveilles du monde*. Soka notre touk-touk driver aux mollets galbés nous a donc menti de son plein grès.
En fait il y a plusieurs listes qui énumèrent « les sept merveilles du monde », il y a la liste canonique, la liste de Philon, la nouvelle liste (celle avec la mèche de Justin Bieber) mais d’en aucune d’entre-elles, Angkor n’y figure. Mais ce n’est pas parce que l’ancienne capitale de l’empire Khmer n’appartient à aucune de ces fameuses énumérations que le lieu en demeure moins intéressant que la place de la révolution à Blagnac, bien au contraire.

Angkor Vat est le plus grand temple d’Angkor, le Lonely Planet explique : « Laissez-vous parcourir par le frisson que procure le mystère du lieu ». Merci Nick Ray, j’ai failli y croire, mais je ne t’en veux pas, tu ne pouvais pas deviner que j’avais deux enfants à porter**, que j’allais être à court d’eau sous 50° à la recherche de la mère de mes enfants mystérieusement disparu dans cet immense dédale de pierres Bouddhistes. D’un côté Nick, tu n’avais pas tort, des frissons j’en ai eu, certes pas autant que Gauton hurlant à la mort sous les objectifs amusés des chinois toujours en quête de mégaoctet, pas autant non plus que Vav qui (je ne sais pas pourquoi) croyait qu’on était dans la maison du père Noël, mais j’en ai eu.
Heureusement, comme le dit si bien le dicton Cambodgien: « une (kh)mère fini toujours par retrouver ses petits » et pour fêter ça, Gauton a bu un verre entier d’eau du robinet sous les sermons de sa sœur :

— Il faut pas boire l’eau du robinet du Cambodge ! Tu vas mourir, tant pis pour toi.
— Oui mais mourir c’est à nous, c’est pas aux gens mais on peut leur faire des sourires***

Au Cambodge, il n’y a pas de place pour les faibles.

* Découvert trop tard.
** Vav étant toujours immobilisée.
*** Prononcé avec le ton d’Elie Sémoun dans la réplique « non nous ne sommes pas des voleurs, non nous ne sommes pas des violeurs ».