Category Archives: Battambang

Lirhaoey Cambodia!

Qu’on soit au Cambodge, en Thaïlande, au Bangladesh ou ailleurs, il y a une discussion qui revient quasi-systématiquement quand on parle avec un autochtone:

— Where are you from ?
— France…
— Comment allez-vous ? Comme-ci, comme ça…

Comment se fait-il que l’expression française la plus connue à l’étranger soit « comme-ci, comme ça »?
Y-a-t-il vraiment beaucoup de Français qui emploient encore l’expression « comme-ci, comme-ça » ? Personnellement, je crois que je ne l’ai jamais utilisée, pas plus que « couci-couça » ou que « çavati-çavata ».

Ma curiosité m’a conduit à faire quelques recherches et j’ai retrouvé l’origine de tout ceci.
Il se trouve que « comme-ci, comme ça » remonte à une période ancienne où les explorateurs français buvaient l’eau des puits à l’étranger et se payaient systématiquement des grosses diarrhées. De ce fait, quand on leur demandait « comment allez-vous ? », au lieu de répondre, « j’ai une gliche du diable », ils répondaient de la manière la plus courtoise possible en utilisant l’expression maintenant devenue culte : « comme-ci, comme ça ».
Après réflexion, les nouveaux voyageurs français devraient tous rendre hommage à ces barroudeurs d’un autre siècle de n’avoir pas été plus francs et directs car ça leur ferait bizarre si tous les taximen de Bangkok et de Phnom Penh leur balançaient des « j’ai une gliche du diable » à tout bout de champs.

Notre dernière escale au Cambodge, Battambang, s’est révélée plus rapide que prévu et c’est deux jours plus tôt que nous partons en direction de la Thaïlande. Cette fois-ci, la ville de Bangkok sera certainement moins accueillante qu’en janvier… pas de piscine, pas de sauna, pas de salle de sport, pas d’appart de 200m², pas de clim, pas de nany mais à la place une petite chambre mal aérée avec un seul lit double dans un hôtel bruyant pour 500 baths.
Songkran* oblige (notre troisième nouvel an de l’année), nous nous en accommoderons…

* explications à venir.



 

Falaises de Phnom Sampeou – Cambodge

Article à ne pas lire, sauf si vous êtes grimpeur, khmer, que vous avez un perfo et un petit paquet de spits sur vous.

A 12km au sud-ouest de Battambang, il y a un coin qui s’appelle Phnom Sampeou.
Phnom Sampeou est une petite montagne qui abrite d’anciens charniers de l’époque des Khmers rouges et au sommet on y trouve une pagode très bling-bling et surtout de quoi grimper…

J’avais pris mes chaussons pour les 2 ou 3 blocs du sommet, mais rien que l’effort à fournir sous une chaleur à crever pour monter les quelques marches ont suffi à me démotiver.

En plus des quelques blocs pas supers intéressants, il y a une petite falaise d’une dizaine de mètres juste avant la pagode, mais le must se trouve en contre bas. Une falaise compacte et de plus de cinquante mètres qui attend patiemment son Roujas ou son Pouliquen Khmer. Pour le moment, la grimpe semble être réservée exclusivement aux singes, mais il y a à Phnom Sampeou un beau potentiel…