Run BKK

Notre première escale Thaïlandaise prend fin par sa capitale, l’abandon à son triste sort de Ben the slack et le luxe de la demeure de notre ambassadeur préféré. C’est étrange et agréable de se retrouver plongé dans un endroit si propre et si grand (je parle bien de l’appartement et non de l’ambassadeur), mais nous ne devons pas nous habituer à cet excès d’abondance : piscine, nounou-femme de ménage, sauna, salle de bain perso, enfants à l’école, nourriture française et autres chasses d’eau ne sont pas pour les Reblochons ! Nous c’est plutôt à 4 dans le même lit*, les enfants 24h/24 sur le dos à la vie à la mort, douches froides, pad-thaïs et saut d’eau à côté du trône, donc non, ne nous habituons pas car lundi à 5h du matin, le rêve se termine, d’autant plus que nos locataires en France ont décidé de nous lâcher 6 mois trop tôt… Mais en attendant, nous jouissons au maximum de l’hospitalité de nos hôtes et j’en profite d’ailleurs pour les remercier vivement de cet accueil qui nous fait énormément souffler (je ne parle même pas du vin rouge, du saucisson et du fromage…). Quand à Bangkok, pour le moment je suis époustouflé par la nature, celle qui a permis aux poissons du fleuve Chao Praya de muter pour survivre, celle qui fleuri aux sommets des gratte-ciels et celle qui a fait pousser les poils dans nos nez pour filtrer les gaz d’échappements, à cette dame lady-boy nature-là, je dis bravo car pour s’adapter, il lui en a fallu une sacrée paire.

* A Pai, nous avons même réussi à dormir à 4 dans un lit simple.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>