Padang-Padang

Tout le monde nous avait dit que Bali allait être une destination « facile » et pour le moment, c’est le moins que l’on puisse dire… Car contrairement à ce qu’avance la nouvelle édition du Lonely Planet (qui à notre avis est vraiment nulle), il y a un paquet de logements à petit prix, pour des prestations plus que correctes (exemple à Padang-Padang : Padang-Padang Inn, chambre double à 14$ la nuit à 50m de la plage…) Donc, si vous voulez gagner 500 grammes dans votre sac et que vous ne comptez pas vous installer dans des hôtels à 300€ la nuit : n’emportez pas ce guide ou allez directement sur lasminute!..

A Padang-Padang, il y a vraiment de quoi faire : bloc, slackline, shopping, pauses Bintang*, surf, Australiennes en string et un bon paquet de Brice de Nice en orbite autour. Comme « ce n’était pas notre mer » et sentant que les vagues ne nous voulaient pas plus que ça, Nico** et moi avons finalement terminé notre session de surf, les doigts plein de pof avec un couple de grimpeurs Suédois débarquant tout juste d’un voyage en Crête apparemment très riche en escalade.

Du côté de Padang-Padang, il y a une multitude de petites plages et criques, malheureusement, certaines sont défigurées par les habitations et les restaurants, comme par exemple Dreamland Beach qui en fonction d’où on prend la photo ressemble à ça où à ça. Bali n’échappe donc pas à la règle, le traitement des eaux usées et des ordures posent ici (comme dans les autres pays que nous avons visités), un petit problème…

Comme à son habitude dans un nouveau pays, Gauton n’a pas attendu longtemps pour perdre son avant dernier doudou affectueusement nommé « mon doudou sale ». Mais rassurez-vous, la perte du doudou n’est plus un problème difficile à gérer pour les Reblochons :

— Il est où mon doudou sale ?
— Il est certainement noyé, emporté par la marée à cette heure ou pire encore. Mais tu as toujours ton dernier doudou : « doudou propre » !
— Ze ! Veux ! Mon ! Dou ! Dou ! Sale !

C’est fou comme à deux ans on aime les choses sales, c’est vrai ça, quoi de mieux qu’un doudou qui pue ou qu’un slip dégoulinant d’urine ? Bref, c’est une fois encore délesté d’un doudou (Doudou Le IVème) que nous quittons le calme de Padang-Padang pour remonter tranquillement en direction du nord de l’île.

* Bière locale.
** Pote de pote, rencontré par hasard là-bas.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>